Une citoyenneté socialiste coopérative ?

Sylvain Celle, Thomas Chevallier et Vianney Schlegel, qui constituent le Collectif Samson, ont publié dans le Mouvement social une étude de la coopérative socialiste « l’Union de Lille ». Ils s’interrogent sur la façon dont les activités économiques ordinaires peuvent contribuer à façonner les comportements politiques et éclairent l’ambivalence des processus de politisation dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’économie sociale et solidaire.

Une première version de leur texte avait été discutée dans le cadre d’un séminaire Citindus organisé à Lille. Nous en livrons ci-dessous un court résumé.

Dans quelle mesure les pratiques économiques sont-elles susceptibles de nourrir des processus de politisation (d’individus, de groupes, d’organisations) ? Comment les dimensions politiques et économiques de la consommation s’articulent-elles, et jusqu’à quel point ? En étudiant le développement de la coopérative de consommation socialiste « l’Union de Lille » au tournant des XIXe et XXe siècles, cet article traite de la politisation ouvrière par les pratiques économiques coopératives, et apporte des éléments de réponse à ces interrogations. Au-delà de ses visées d’amélioration des conditions de vie des classes populaires lilloises (juste prix et bonne qualité des denrées alimentaires, ristourne, caisses de secours, loisirs, etc.), ses dirigeants inscrivent explicitement les pratiques de consommation et l’organisation démocratique de la coopérative dans la perspective d’un projet politique socialiste, et plus particulièrement dans le guesdisme, alors très influent dans le nord de la France (du nom de Jules Guesde, personnalité socialiste importante au tournant du siècle). Les pratiques et règles entourant les modes de production, de distribution et de consommation au sein de la coopérative apparaissent comme un moyen de former des « consommateurs socialistes » et de fédérer la classe ouvrière, tout en finançant les activités du parti socialiste qui commence alors à se lancer dans lutte électorale.

Pourtant, la description des visées de la coopérative ne suffit pas à conclure à leur effectivité, tant en ce qui concerne l’adhésion des coopérateurs à la doctrine guesdiste, que la concurrence qu’elle est susceptible d’incarner vis-à-vis des formes dominantes de distribution et de consommation. L’article s’interroge ainsi sur la réception de ces principes, et suggère une appropriation limitée de cette offre de politisation socialiste des activités économiques par les membres de l’Union. Ces derniers semblent souvent davantage attirés par les avantages économiques et sociaux de la coopérative que par son projet politique, et le financement de la lutte électorale ne parait pas faire l’unanimité. De plus, cette traduction politisée du projet coopératif n’est pas sans ambivalences, en ce qu’elle amène les coopérateurs à faire l’apprentissage de règles promues par les élites républicaines comme l’épargne et la prévoyance, le vote et la délégation.

L’étude de l’Union permet ainsi d’éclairer les logiques complexes d’acculturation des classes populaires aux formes dominantes de la politique sous la Troisième République. En creux, cet article montre que les activités économiques les plus ordinaires représentent un terrain important de façonnement et de fabrique des comportements politiques. Il éclaire également l’ambivalence des processus de politisation dans un secteur qui est à l’origine de ce qu’on appelle aujourd’hui l’économie sociale et solidaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.