Une trajectoire singulière dans le siècle des masses

À propos de Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012, 444 p.

Par Francesco Sabato Massimo, doctorant en sociologie (CSO, Sciences Po Paris)

Dans La Cité du travail (1997), l’intellectuel et dirigeant syndical italien Bruno Trentin dénonce la domination de l’idéologie productiviste du scientific management sur l’ensemble de la gauche sociale et politique. Selon cette idéologie, l’action syndicale se réduirait à l’animation du conflit distributif, tandis que la lutte politique se jouerait hors de la sphère économique, à travers la conquête de l’État. À l’encontre de cette vision, les années 1960 ont été le creuset d’une nouvelle culture politique autogestionnaire, née de la rencontre entre les traditions marxiste, chrétienne et libertaire du mouvement ouvrier, qui entendait faire des travailleur·ses et de leurs syndicats des « sujets politiques » à part entière grâce à la conquête d’un réel pouvoir de décision sur l’organisation du travail, la gestion des entreprises et des investissements. C’est dans cette histoire dont il fut un acteur de premier plan que Trentin puise pour défendre l’actualité d’un projet de libération du « travail subordonné. » Dans sa note de lecture, Francesco Sabato Massimo réinscrit les réflexions de Trentin dans le temps long de son parcours d’intellectuel, de syndicaliste et de militant politique, ainsi que dans les controverses à l’épreuve desquelles s’est formée sa pensée.

Continuer la lecture

Une citoyenneté socialiste coopérative ?

Sylvain Celle, Thomas Chevallier et Vianney Schlegel, qui constituent le Collectif Samson, ont publié dans le Mouvement social une étude de la coopérative socialiste « l’Union de Lille ». Ils s’interrogent sur la façon dont les activités économiques ordinaires peuvent contribuer à façonner les comportements politiques et éclairent l’ambivalence des processus de politisation dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’économie sociale et solidaire.

Une première version de leur texte avait été discutée dans le cadre d’un séminaire Citindus organisé à Lille. Nous en livrons ci-dessous un court résumé.

Continuer la lecture

Du vote professionnel à la grève, les inégalités de participation en entreprise

Pierre Blavier, Tristan Haute et Étienne Penissat, trois membres du projet ANR CitIndus,  publient dans la Revue française de science politique un article faisant un état des lieux des évolutions de la participation en entreprise et des inégalités qui la structurent.

Nous en livrons ici un court résumé.

Alors que les pratiques de participation des salariés en entreprise ont souvent été analysées de manière séparée, cet article propose d’investiguer, dans le cas du secteur privé en France, les articulations entre ces pratiques, du vote professionnel à la grève, en passant par l’adhésion à un syndicat, la participation à des réunions organisées par les représentants du personnel et la participation à d’autres formes d’action collective. L’article restitue également les déterminants de ces différentes pratiques et expose leurs évolutions récentes. Pour cela, nous nous appuyons sur les données des enquêtes « Relations professionnelles et négociations d’entreprise » (REPONSE) réalisées en 2005, 2011 et 2017.

Continuer la lecture

Dans la revue Critique internationale

Premières explorations de la citoyenneté industrielle

La revue Critique internationale publie pour son numéro 87 un dossier intitulé “Citoyennetés industrielles et formes du lien syndical”. À quoi bon exhumer cette vieille formule de la citoyenneté industrielle? Amin Allal et Karel Yon, les deux coordinateurs, ont répondu aux questions de la revue à ce sujet. Nous les reproduisons ici car les pistes qu’ils tracent pointent vers l’objet de ce carnet.

Qu’est-ce que la citoyenneté industrielle ? Et pourquoi cette notion a-t-elle été, dites-vous, longtemps critiquée au point de sembler ne plus être à la mode aujourd’hui ?

La notion de citoyenneté industrielle est courante dans le monde anglo-saxon où elle renvoie à tout un corpus doctrinal dont les bases ont été posées à la fin du XIXe siècle par Beatrice et Sidney Webb dans leur ouvrage Industrial Democracy. Dressant une analogie entre les sphères politique et économique, ces auteurs analysaient l’essor du mouvement ouvrier comme le signe d’un processus de démocratisation des relations de travail qui permettrait d’instaurer « une constitution dans le royaume de l’industrie ». Ils sont considérés comme les ancêtres de la discipline académique des relations professionnelles (industrial relations chez les anglophones). Depuis, il est devenu courant de parler de « citoyenneté industrielle » pour désigner l’ensemble des institutions qui organisent la représentation et l’action collective des salarié·es, en premier lieu les syndicats et la négociation collective. On retrouve aussi l’expression chez un autre sociologue britannique, Thomas Humphrey Marshall qui, dans sa fameuse typologie des formes de la citoyenneté, fait de la citoyenneté industrielle un pont entre les citoyennetés politique et sociale.

Continuer la lecture