Une trajectoire singulière dans le siècle des masses

À propos de Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Paris, Fayard, 2012, 444 p.

Par Francesco Sabato Massimo, doctorant en sociologie (CSO, Sciences Po Paris)

Dans La Cité du travail (1997), l’intellectuel et dirigeant syndical italien Bruno Trentin dénonce la domination de l’idéologie productiviste du scientific management sur l’ensemble de la gauche sociale et politique. Selon cette idéologie, l’action syndicale se réduirait à l’animation du conflit distributif, tandis que la lutte politique se jouerait hors de la sphère économique, à travers la conquête de l’État. À l’encontre de cette vision, les années 1960 ont été le creuset d’une nouvelle culture politique autogestionnaire, née de la rencontre entre les traditions marxiste, chrétienne et libertaire du mouvement ouvrier, qui entendait faire des travailleur·ses et de leurs syndicats des “sujets politiques” à part entière grâce à la conquête d’un réel pouvoir de décision sur l’organisation du travail, la gestion des entreprises et des investissements. C’est dans cette histoire dont il fut un acteur de premier plan que Trentin puise pour défendre l’actualité d’un projet de libération du “travail subordonné.” Dans sa note de lecture, Francesco Sabato Massimo réinscrit les réflexions de Trentin dans le temps long de son parcours d’intellectuel, de syndicaliste et de militant politique, ainsi que dans les controverses à l’épreuve desquelles s’est formée sa pensée.

J’ai la chance de pouvoir remercier plusieurs personnes qui ont lu et commenté ce texte, notamment Giovanni Mottura, Enrico Pugliese, Sergio Bologna, Pierre Rouxel, Simone Fana, Bruno Settis et Riccardo Chesta. Je remercie aussi Karel Yon pour avoir lu une première version de ce texte, m’avoir encouragé à l’améliorer et permis de le publier. 

La Cité du travail est le testament politique et intellectuel de Bruno Trentin (Pavie, 1926-Rome, 2007) et constitue le produit des réflexions forgées au fil de son parcours au sein du mouvement ouvrier italien et européen.

La trajectoire biographique de Bruno Trentin

Né à Pavie, dans le Gers, en 1926, Bruno Trentin grandit à Auch puis à Toulouse (sa langue maternelle est le français) où son père Silvio, figure respectée du libéralisme italien, passe son exil d’antifasciste. Silvio Trentin (1885-1944), issu d’une famille de propriétaires terriens de Vénétie, était un important juriste italien. Professeur de droit administratif à l’Université de Venise, il fut contraint d’abandonner l’université et le pays en 1926 quand il refusa de prêter le serment de loyauté au régime fasciste. Sa famille le suivit dans l’exil dans le sud de la France et notamment son deuxième enfant, Bruno[1]. Pendant son enfance, Bruno Trentin est le témoin de l’activisme de son père et de ses rencontres avec certaines des figures majeures de l’antifascisme français et italien[2] (de Georges Canguilhem à Vladimir Jankélévitch, de Carlo Sforza à Pietro Nenni) avec, en arrière-fond, les événements historiques de la Guerre Civile espagnole (Trentin rappellera ses rencontres avec les réfugiés anarchistes de Barcelone rescapés en France) et du Front populaire.

À seize ans, dans les premiers jours de septembre 1943, Bruno Trentin passe clandestinement la frontière italienne pour rejoindre la résistance armée en Vénétie et ensuite à Milan, où il dirigera les GAP (« Gruppi d’azione patriottica »)[3] du Parti d’action (Pd’A), un parti politique d’inspiration socialiste libérale, dans lequel militèrent certaines des figures les plus importantes de la gauche italienne[4].

Après la guerre, il poursuit son activité politique dans le Pd’A et passe, en 1949, sa licence de droit à l’Université de Padoue, dans le département du célèbre juriste Norberto Bobbio[5] (1909-2004). Le directeur de mémoire de Bruno Trentin est Enrico Opocher (1914-2004), professeur de philosophie du droit qui sera aussi le maître de Toni Negri (1933) quelques années plus tard. Il part la même année aux États-Unis pour compléter ses études de droit à Harvard, avec le soutien de Gaetano Salvemini (1873-1957), historien et antifasciste libéral italien, à l’époque professeur dans cette université[6]. Rentré en Italie, il est bientôt appelé par le dirigeant syndical et résistant Vittorio Foa (1910-2008) au bureau d’études de la Confédération générale italienne du travail (« Confederazione Generale Italiana del Lavoro », CGIL). En 1950, après la dissolution du Pd’A, Trentin adhère au Parti communiste, dont il sera député entre 1963 et 1966 et dont il restera membre toute sa vie, mais toujours avec une posture culturelle autonome[7].

Membre avec Foa du centre d’études de la CGIL – un des espaces d’élaboration intellectuelle et politique les plus dynamiques dans l’histoire de la gauche de l’après-guerre – Trentin devient bientôt l’un des plus proches collaborateurs du secrétaire Giuseppe Di Vittorio (1892-1957), et se rangera de son côté contre l’invasion soviétique de la Hongrie en 1956. En 1955, il part à Turin, envoyé par le bureau d’études pour enquêter sur l’organisation du travail dans la ville industrielle par excellence, où FIAT a son siège et ses usines[8]. Plus prosaïquement, il s’agit aussi de comprendre les raisons de la défaite récente (mars 1955) de la CGIL aux élections internes dans les usines FIAT et de reconstruire un noyau syndical à l’intérieur des ateliers. 

Le travail de Trentin, avec d’autres dirigeants syndicaux, se révèle précieux et, en 1962, il est élu secrétaire général de la FIOM (« Federazione impiegati e operai metallurgici »), dans le cadre d’un processus global de renouvellement de ses cadres, suite aux défaites syndicales des années 1950[9]. La fédération des métallos, la plus importante à l’intérieur de la CGIL, est une organisation centrale dans l’histoire du mouvement ouvrier italien. Le mandat de Trentin va alors traverser quinze années extraordinaires pour le mouvement ouvrier, un moment où le pays change radicalement sur les plans économique, culturel et politique. Les mouvements ouvrier et étudiant jouent un rôle central dans ces transformations. Pendant ces années, Trentin et la FIOM, menacés sur leur droite par les couches les plus conservatrices du syndicat et sur leur gauche par les mouvements sociaux et les groupes extraparlementaires issus de l’« Automne Chaud » de 1969[10], cherchent à maintenir leur autonomie stratégique en reconduisant le conflit dans les instances représentatives du syndicat. Au cours des années 1970, Trentin est l’un des principaux artisans de l’unité syndicale de la CGIL avec la CISL (le syndicat catholique) et la UIL (d’inspiration socialiste, libérale et républicaine) : en 1973 est officiellement constituée la fédération unitaire des travailleurs métallurgiques (FLM).

En première ligne dans le combat politique et syndical, Trentin ne néglige cependant pas la réflexion théorique. En 1977, à la fin de son mandat de secrétaire, il publie Da sfruttati a produttori[11], et en 1980 Il sindacato dei consigli[12]. En 1988, la carrière syndicale de Trentin atteint son sommet quand il est élu secrétaire général de la CGIL. C’est un moment de crise pour le syndicat qui subit l’offensive patronale, les restrictions de la crise économique et l’appauvrissement général de la vie politique. Dans ce contexte, Trentin cherche dans le renouvellement programmatique une voie pour sortir de cette impasse et appelle à un « syndicat des droits ». Ses propositions ne seront toutefois jamais mises sérieusement à l’ordre du jour et le syndicat se présentera dépourvu face à la crise de la « Première » République, en 1992. Les enquêtes judiciaires enterrent définitivement le système des partis, la crise monétaire et des finances publiques impose un état d’urgence qui concentre le pouvoir dans les mains du Président de la République et de la Banque d’Italie, et enfin les réformes de la loi budgétaire et du marché du travail changent la constitution matérielle du pays. Dans ce contexte de difficulté objective, la CGIL accepte l’accord de juillet 1993 qui démantèle définitivement l’échelle mobile des salaires  et inaugure l’ère des relations industrielles néolibérales en Italie. Critiqué par la gauche politique et par la base syndicale, Trentin signe l’accord et présente aussitôt sa démission, en 1994. Il sera ensuite élu député européen en 1999[13], une reconnaissance de son engagement constant en faveur du processus d’intégration européenne. Il consacrera les derniers temps de son existence à la recherche sociale, à la réflexion théorique et à la vie intellectuelle du syndicat. Il meurt à Rome en 2007 des suites d’un accident de vélo[14].

D’exploités à citoyens. L’originalité de la réflexion de Trentin

Bruno Trentin arrive au terme de sa carrière politique quand il publie, en 1997, La Cité du travail. Le fordisme et la gauche. On l’a vu, ce n’est pas la première fois que ce dirigeant syndical reconnu se mesure à l’exercice de l’écriture. Le premier livre de Trentin, Da sfruttati a produttori [D’exploités à producteurs], remonte à 1977. Dans cet ouvrage, Trentin rassemble une série d’essais, d’articles et de conférences composés depuis les années 1950, au début de sa carrière syndicale. Ces écrits sont précédés par une longue introduction où Trentin prend part au débat sur le néocapitalisme, les luttes syndicales et la question salariale. Un point est central dans cette introduction, comme le souligne d’ailleurs le journal opéraïste Lotta Continua dans une recension très critique[15] : la question des augmentations de salaires et son rapport avec le processus de restructuration capitaliste en cours. L’argumentation de Trentin, qui sera récurrente dans tout son parcours politique, est que le syndicat doit renoncer à l’objectif des augmentations salariales égales pour tous les ouvriers, à cause de la nature corporative de cette demande. Face à la réorganisation capitaliste, les ouvriers doivent aller au-delà des revendications simplement économiques en assumant un rôle actif dans ce processus. Ils doivent participer à la détermination des nouvelles conditions de travail en s’appuyant sur la figure des délégués d’usine.

Dans Il sindacato dei consigli [« Le syndicat des conseils »] (1980), un livre-entretien avec le journaliste de l’Unità (le journal officiel du Parti communiste) Bruno Ugolini (1935), Trentin résume l’histoire récente du mouvement ouvrier en Italie et formalise son idée d’un syndicat fondé sur des organes représentatifs de tous les travailleurs, qu’ils soient inscrits ou pas au syndicat[16], et qui soit totalement autonome du pouvoir politique des partis et du pouvoir économique des patrons.

Ces deux questions, d’une part celle du rapport entre salaire et conditions de travail et de l’autre celle du syndicat des conseils, resteront constantes dans le parcours intellectuel de Trentin. Elles forment une partie importante de La cité du travail, en lien avec un troisième principe qu’il développe dans ce livre : la liberté se fonde sur le travail, le travail doit arrêter d’être simple facteur de production et exploitation pour devenir facteur d’intégration dans la communauté politique. La rencontre entre ces deux principes constitue l’originalité de la pensée de Trentin, tant vis-à-vis de la culture officielle du mouvement ouvrier[17] qu’à l’égard de la tradition libérale.

La Cité du travail est considéré par Trentin comme l’ouvrage de sa vie. Il y travaille pendant trois années, depuis sa démission du secrétariat de la CGIL, en 1994, jusqu’à l’été 1997. Il recueille une vaste quantité de matériaux, lisant surtout Marx et Gramsci, les textes de la Deuxième Internationale, ceux de la gauche « hérétique » (György Lukaćs, Róża Luksemburg, Simone Weil, Karl Korsch), la pensée du personnalisme français (Jacques Maritain, Emmanuel Mounier et la revue Esprit) et le christianisme social, les nouvelles recherches sur les transformations du monde du travail.

La rédaction est très difficile mais elle débouche finalement sur la publication du livre le 1er octobre 1997, aux éditions Feltrinelli. Malgré une deuxième édition parue en février 1998, le livre n’obtient pas le succès attendu. Journaux et revues en parlent peu et la réception de l’ouvrage n’est pas très positive dans les milieux de la gauche. Dans les années 1990, les franges réformistes autant que radicales de la gauche semblent vouloir oublier la gloire et la chute du mouvement ouvrier. Ce n’est qu’une  vingtaine d’années plus tard que les questions posées dans ce livre retrouveront leur actualité. La traduction française est publiée en 2012 grâce à l’intérêt d’Alain Supiot, président de l’Institut d’études avancés de Nantes, et reçoit un accueil positif dans la presse. Une édition en langue espagnole est publiée ensuite à l’initiative des Comisiones Obreras (2013), une organisation syndicale où la pensée de Trentin est considérée comme fondamentale. L’édition française est introduite par un texte de Jacques Delors, ce qui témoigne aussi de l’importance de l’expérience de Trentin au niveau européen.

L’ouvrage est structuré en deux grandes parties, chacune avec sa propre succession de chapitres, sans continuité entre l’une et l’autre. La première partie est surtout un pamphlet critique à l’égard de la gauche jugée incapable de formuler un projet alternatif crédible et progressiste à la crise du fordisme. La deuxième partie est une synthèse historique soulignant la dépendance du marxisme et du léninisme, notamment de la pensée d’Antonio Gramsci, à l’égard du taylorisme et des autres systèmes de « rationalisation productive », qui ont dominé le monde du travail productif au XXème siècle.

L’hégémonie du scientific management

Le point de départ de l’analyse de Trentin est donc la fin du fordisme, c’est-à-dire ce système économique et social, et surtout productif, fondé sur les économies d’échelle, les grandes usines, la production standardisée à un niveau de masse. Le fordisme repose sur un mode d’organisation particulier, le taylorisme : l’organisation scientifique du travail parcellisé, mécanisé et planifié par le haut. Pour ce qui concerne les relations de travail et la condition ouvrière, selon Trentin le système fordiste repose, entre autres, sur une condition de base : que l’ouvrier échange la sécurité économique (à travers un salaire supérieur, un contrat à durée indéterminée, et diverses autres prestations sociales) contre sa subordination dans le procès productif, et donc renonce à sa citoyenneté politique sur le lieu du travail. Cependant, rappelle Trentin, le taylorisme n’était pas du tout un paradigme imposé de manière unilatérale par la classe capitaliste. Au contraire, la fascination pour le taylorisme fut un phénomène de masse, répandu internationalement, et partagée par le mouvement ouvrier.

Dans son chapitre sur l’« hégémonie du scientific management », Trentin dresse un constat : il existe une affinité étroite entre la théorisation communiste du parti politique (Lénine et Gramsci) et l’affirmation du taylorisme. Ces nouvelles technologies sociales puisent dans l’« idéologie du progrès » qui inspira les deux premières décennies du XXe siècle[18]. Le taylorisme, en tant que modèle de rationalisation productive, a aussi été adopté en Union Soviétique. Il était considéré comme une « force objective » et même l’« idée dans laquelle le progrès s’incarne ». À la base de cette conviction il y avait ce que Simone Weil, dans son témoignage sur la condition ouvrière, appelle « la religion des forces productives ». Trentin reproche à la gauche d’avoir toujours sacrifié l’autonomie et la liberté de la personne dans le procès productif et d’avoir agi au nom d’un réalisme aride ou d’une idée abstraite de la classe ouvrière.

Cette subordination de la gauche et du mouvement ouvrier à la rationalité productive s’est traduite par une stratégie politique de transformation sociale que Trentin décortique dans la première partie du livre. Selon cette vision, les souffrances et l’aliénation générées par le travail subordonné devaient être soulagées par des compensations monétaires en attendant la conquête du pouvoir étatique, à partir duquel les bases de la propriété seraient enfin transformées. Ce processus faisait partie de la « voie italienne au socialisme » comme elle avait été conçue par Palmiro Togliatti au cours des années 1950[19]. Ce programme de long terme, formalisé par le chef des communistes italiens en 1956 mais en partielle continuité avec une réflexion commencé dans les années 1930-40, envisageait pour l’Italie une lente transition au socialisme, à travers l’achèvement d’une « démocratie progressive », où la classe ouvrière accomplissait un rôle de guide du développement économique et social en construisant une alliance avec les paysans, bien sûr, mais surtout, dans une société en pleine « modernisation », avec les classes moyennes (les « ceti medi »). Selon cette lecture, la bourgeoisie italienne n’était pas à la hauteur de cette tâche et c’était à la classe ouvrière et à son intellectuel collectif, le Parti communiste, de construire un « bloc historique » pour y arriver, un système d’alliances entre classes sociales, sociologiquement distinctes mais limitrophes, visant le développement des « forces productives » et de la démocratie italienne.

La tâche de la classe ouvrière était de devenir peuple et d’accomplir sa mission historique. Dans cette conception, le travail comme activité et aussi comme source de la conscience de classe perdait sa centralité. La classe ouvrière ne devait pas s’émanciper en tant que telle sur les lieux de travail mais encourager le processus de rationalisation tayloriste afin de préparer le terrain pour le socialisme[20]. Ce projet inspira les groupes dirigeants du Parti communiste pendant toute la « Première » République, jusqu’au « compromis historique » entre communistes et démocrates-chrétiens. Après la fin du Parti communiste, elle inspira ses héritiers sous la « Deuxième » République[21]. A contrario, Trentin faisait partie de ces dirigeants et intellectuels qui s’écartaient de cette « idéologie de la transition ». Déjà en 1957, il fut un des intellectuels du PCI et de la CGIL – à côté de Vittorio Foa et Lucio Magri (1932-2011), futur co-fondateur de la revue/journal il Manifesto (1969) – qui proposèrent au syndicat et au parti une lecture différente du développement italien : le capitalisme italien n’était pas si arriéré que l’orthodoxie du PCI, représentée par Giorgio Amendola (1907-1980) et Emilio Sereni (1907-1977), le soutenait ; tout au contraire, le « néocapitalisme » (la modernisation du système productif procédant des États-Unis) était une réalité aussi en Italie. D’où la nécessité de porter une attention plus grande aux problèmes d’organisation du travail[22].

Le capitalisme italien bénéficie en effet dans les années 1950 et jusqu’au milieu des années 1960 – la phase du « boom » économique – d’une conjoncture particulièrement favorable : son appareil de production industrielle était en renouvellement (grâce notamment aux crédits du Plan Marshall), l’intervention publique dans le secteur de l’énergie et de la sidérurgie réduisait les coûts fixes pour le capital privé, les migrations internes du sud vers le nord industrialisé du pays fournissaient une main-d’œuvre à bon marché. Dans les entreprises, les ouvriers sont incorporés dans un paradigme néocapitaliste dans lequel les augmentations salariales sont complémentaires à la diffusion du paradigme des « human relations », importé des États-Unis comme outil de gestion moderne et avancé des relations sociales, et qui dans cette période exerce une influence solide sur le syndicat catholique, la CISL de Giulio Pastore (1902-1969). Le néocapitalisme est pour Trentin un paradigme qui coordonne la centralisation de la gestion du cycle économique et l’entrelacement entre politique et capital dans lequel la classe ouvrière est prédéterminée par le plan et atomisée par les « human relations ».

L’analyse de Trentin sur le néocapitalisme ne se limitait pas à une problématisation strictement syndicale du phénomène. Au contraire, en partant d’un point de vue syndical, elle touchait des aspects éminemment politiques et le cœur même de la stratégie du parti communiste, d’où le contraste avec Sereni et Amendola. Le problème, selon Trentin, est celui de la gestion politique du cycle économique et en particulier de la planification. Il ne suffit pas d’invoquer la planification pour élargir l’espace d’action politique de la classe ouvrière. La gestion du plan qui se préfigure dans les années 1950 est une gestion « par le haut », dans laquelle, encore une fois, le capital et l’État (à l’époque gouverné et incarné sine die par la Démocratie Chrétienne) sont souverains dans l’économie et gèrent le cycle économique. Et dans ce cadre, l’espace du syndicat et de la classe est déterminée a priori par cet arrangement, dans une planification où le syndicat et la classe sont un simple paramètre d’ajustement, objectivés et intégrés de façon subalterne. Voici comment les marges de manœuvre pour le syndicat se réduisent à la négociation salariale, au pur échange économique « par en haut » dans un cadre politique prédéterminée.

Or, le mouvement ouvrier italien connaît dans les années 1960-70 des expériences très avancées de conflits et de négociations qui remettent en question l’« idéologie de la transition » : au-delà des rituelles négociations de branche, les luttes ouvrières imposent leur présence aux employeurs au sein même des usines et des entreprises et portent la négociation sur de nouveaux objets comme la santé et la sécurité au travail. La volonté à la base de ces expériences était de nuancer, sinon contrer les effets du taylorisme et surtout, comme le souligne Trentin, de mettre l’expérience quotidienne du travail au centre du débat politique, et donc de politiser le sancta sanctorum du capitalisme fordiste : le lieu de la production. Cette posture se situait, explique l’auteur, aux antipodes des stratégies que le mouvement ouvrier officiel avait élaborées face à l’essor du taylorisme et du fordisme.

Conseil d’atelier à la Fiat

Dans La Cité du travail, Trentin accuse plus ou moins ouvertement les dirigeants du Parti communiste de s’être toujours méfiés de ces expériences et de ne les avoir jamais vraiment reconnues. Toutefois, ce que Trentin n’avoue pas, c’est que le syndicalisme dans son ensemble, et notamment la CGIL, n’assuma pas non plus la responsabilité de les reconnaître et de les valoriser. Ces luttes furent en effet le produit d’un mouvement exceptionnel qui débordait les organisations officielles et qui se fondait sur les comités d’usines et les assemblées ouvriers-étudiants – une formule qui fonctionna très bien pendant plusieurs années en Italie, à la différence de la France où elle se limita pour l’essentiel à la séquence de mai-juin 68. Or, le syndicat eut toujours une attitude ambiguë à l’égard de ces nouveaux protagonistes de la lutte ouvrière. Cette ambiguïté de la part du syndicat dont Trentin fut un des principaux dirigeants s’ajouta à la méfiance du Parti communiste, et toutes les deux contribuèrent à l’oubli de ces expériences, lesquelles, privées de tout appui, finirent par se désagréger lentement ou se radicaliser dans la lutte armée. Le résultat fut que ces formes d’autogestion des luttes et des négociations ne se transmirent pas à une organisation particulière, mais se diffusèrent plutôt dans une culture ouvrière qui, passée l’explosion des années 1960-70, commençait elle aussi à décliner .

Ironie de l’histoire, quelque temps plus tard, au début de la décennie 1990, ces formes de négociation au niveau de l’entreprise furent récupérées par les interlocuteurs des syndicats, État et employeurs, dans un cadre néo-corporatiste. Au moment même où les systèmes néo-corporatistes d’Europe du Nord connaissaient une profonde restructuration, ils étaient repris en Italie pour faire face à la double crise financière et politique de la « première » République[23].

Trentin et les conseils ouvriers

La tension libertaire, personnaliste et antiétatique qui fait la singularité la pensée de Bruno Trentin fut inspirée, au-delà d’une adhésion à l’anarchisme pendant son adolescence, par les réflexions et les postures de son père, le juriste et activiste antifasciste Silvio Trentin qui, avant de mourir, dicta à son fils Bruno, encore adolescent à l’époque, son projet de constitution fédérale pour l’Italie libérée. Il s’agissait d’une constitution très avancée, dont l’objectif était la construction d’une république fédérale intégrée à l’Europe et fondée sur des conseils d’entreprise et territoriaux ; un véritable État des conseils, qui cherchait à combiner libéralisme et communisme. Le préambule du texte exalte les principes de la liberté de la personne, de l’autonomie, de la propriété collective et de la justice sociale[24]. Le projet ne fut jamais achevé, mais l’héritage paternel influença le parcours théorique et politique de Bruno Trentin.

Les Conseils ouvriers eurent en effet un rôle important dans la carrière syndicale et dans la pensée de Trentin. Selon lui, l’expérience des conseils est liée au problème de l’hégémonie du scientific management. Au début des années 1960, Trentin plus que tout autre avait soutenu l’institution des délégués d’usine. Cette conviction se renforça dans le cours de la décennie avec sa conception des délégués comme une réponse à la droite du Parti communiste autant qu’aux groupes radicaux comme Lotta continua et Potere operaio.

Les réflexions de Trentin prennent comme point de départ  les écrits de Gramsci – surtout Americanismo e fordismo[25] – et l’expérience des conseils ouvriers de Turin pendant le « biennio rosso » de 1919-1920. L’observation directe des conditions de travail dans les usines Fiat au milieu des années 1950 lui est aussi cruciale.

La pensée de Trentin a toujours donné la priorité aux problèmes du contrôle de l’organisation du travail (les rythmes, l’ambiance, la santé, les qualifications) plutôt qu’à la lutte salariale. Dans la Cité du travail, Trentin formalise sa conviction que la lutte pour la redistribution des revenus – que ce soit au niveau des relations industrielles dans un cadre corporatiste ou au niveau macro-économique dans une perspective keynésienne –  tout en étant cruciale, ne conduit pas à des résultats significatifs du point de vue de l’égalité, à la différence de la lutte pour les droits, c’est-à-dire pour le pouvoir d’exercer effectivement les libertés dans le travail. « La liberté vient d’abord », avant le conflit social et distributif, écrira-t-il dans les dernières années de sa vie[26]. Pour Trentin, la liberté et le conflit dans le travail sont deux aspects qui ne peuvent pas être refoulés, au contraire il faut les alimenter et les réguler. Pour cette raison, Trentin distingue soigneusement son idée du syndicat des conseils du modèle de la Mitbestimmung allemande ou d’autre formes de cogestion qu’il considérait comme un compromis à la baisse placé sous le signe de l’échange entre salaire et paix sociale. Dans le même temps, Trentin était critique des expériences « conseillistes » originaires, comme celles prônées par  l’Ordine Nuovo gramscien. Il ne considérait pas du tout réaliste l’idée d’une gestion ouvrière de la grande entreprise fordiste et ne mettait pas en question le rôle du management, mais il refusait en même temps tout type de complicité « cogestionnaire ». Différemment de ces positions, Trentin restait fidèle à une idée duale de l’usine et de la société et ne se préoccupait pas d’annihiler le conflit entre capitalistes et ouvriers. À condition qu’il soit régulé, le conflit permet à ses yeux d’avancer et d’améliorer à la fois le procès productif et les conditions de travail. Cet extrait expose de manière claire la conception du syndicat des conseils, élaborée par Trentin.

« Ainsi se dessine une hypothèse de démocratie industrielle, dans le conflit qui indique la possibilité d’une ébauche de rapports nouveaux entre le syndicat, les partis et l’État. D’abord, une hypothèse de démocratie industrielle qui a comme caractéristique, en raison même des objectifs que s’est assigné le syndicat, la gestion d’une politique d’austérité pour sortir de la crise refusant toute hypothèse de cogestion. Même la définition contractuelle des pouvoirs d’intervention des syndicats dans l’entreprise exclut toute possibilité d’arbitrage, ou de médiation, soit par le gouvernement, soit par un arbitre, ou un conseil de Sages. L’autonomie conflictuelle et la liberté d’entreprise en même temps, sont établies de façon très nette, et je crois de façon cohérente avec les contenus extrêmement compromettants de notre initiative. Nous avons justement refusé la possibilité qui a été souvent évoquée en Italie d’établir un modèle de contre-participation. Le seul droit que nous avons et que nous voulons conserver, c’est celui d’être informés préventivement et de pouvoir opposer à cette information nos propres propositions. C’est le rapport de forces qui décide ensuite. Une fois que l’entreprise a informé préventivement le syndicat et dans les temps utiles, après un certain temps, elle est libre en théorie, de passer aux actes. Le syndicat est aussi libre de passer aux actes, et d’exercer à travers la pression directe, sa pression directe, pour que l’acte de l’entreprise soit changé. L’entreprise peut évidemment évaluer, si elle a intérêt ou non, à continuer la négociation pour empêcher le passage aux actes et pour tenir compte des contre-objectifs que le syndicat propose. II me semble qu’il y a dans ce mécanisme extrêmement élémentaire, d’un certain point de vue de la confrontation et d’information une différence substantielle avec le modèle de cogestion. La sauvegarde de l’autonomie conflictuelle est d’abord essentielle, et par conséquent le droit à l’action sans arbitrage. Deuxièmement, la garantie par-là même d’une participation effective des travailleurs au sein du syndicat, d’une démocratie réelle sans délégation, à une élite désignée à la participation, et à la gestion dans l’entreprise. Troisièmement, le syndicat et le conseil d’usine sauvegardent leur caractère d’interlocuteurs agissant en fonction d’une stratégie globale et pas seulement corporative. Ce ne sont plus seulement les travailleurs de l’entreprise, mais toute une série d’autres forces sociales, que le conseil d’usine essaie de représenter. Pour donner une image, ce sont les chômeurs du Sud et pas seulement les intérêts des travailleurs de la Fiat, qui constituent un point de repère pour la confrontation avec Fiat »[27].

La tâche qu’il attribue aux conseils est donc celle de représenter le travail comme un interlocuteur permanent du management, distinct et autonome de celui-ci. Comme la dernière phrase l’illustre, « l’autonomie conflictuelle » que défend Trentin va de pair avec l’idée que le syndicat ne représente pas seulement le « facteur travail » au sein du système clos de l’entreprise, mais une sorte d’intérêt général du travail à l’échelle de la société italienne. Il conçoit les conseils comme un instrument de politisation de la vie de l’usine et d’affirmation des droits des travailleurs à la santé physique et à la liberté de pensée. Ce que Trentin évoque est donc une « cité du travail » où ce n’est pas tant la socialisation de l’entreprise qui est à l’ordre du jour mais plutôt le changement du rapport entre gouvernants et gouvernés. La référence aux penseurs classiques est évidente : de Platon à Augustin, de Thomas Moore à Tommaso Campanella. La cité est la polis, la politique. La préoccupation principale de Trentin, dans ce moment de crise du fordisme et de transition vers une société différente, porte sur les destins croisés du travail et de la politique. La cité, aujourd’hui et au moment où Trentin écrit, n’a pas les qualités nécessaires et la capacité de garantir et encourager l’autoréalisation de la personne humaine, dont le fondement est la libération du et dans le travail. Trentin cherche une réponse à la question politique et sociale posée par la modernité et formulée par Rousseau, et par Marx, dans les termes de la contradiction entre citoyen et bourgeois.

Un socialisme de la liberté

Le socialisme de Trentin s’installe donc dans la société civile et non pas dans l’État. Dans la deuxième partie de La cité du travail, Trentin se confronte aux auteurs les plus importants du marxisme et de la gauche afin de montrer au lecteur quelles contradictions sont à l’origine des défaites de la gauche tout au long du XXe siècle et après. Très sévère avec Lénine, à cause de son exaltation du parti politique et de l’organisation scientifique du travail, Trentin se montre plus indulgent avec Gramsci et sa démarche plus aporétique :

« la différence profonde de Gramsci avec la conception élitiste et prométhéenne du parti politique qui inspire la conception léniniste du processus révolutionnaire(de l’époque de Que faire ?) réside dans sa vision de la société civile qui reste le lieu – et cela dès la période de L’Ordine Nuovo, où mûrissent les transformations, les mouvements et les ruptures révolutionnaires que les partis peuvent interpréter, orienter et guider, dans des circonstances déterminées, mais qu’ils ne pourront jamais provoquer ou remplacer »[28] 

Cependant, Trentin reproche à l’un et à l’autre d’avoir accepté la soumission du travailleur à l’organisation du travail et de ne pas avoir contribué au renversement du rapport entre usine et société.

« Il semble que, pour Gramsci, l’apparition des conseils d’usine ou la transformation du rôle des commissions internes, ou encore les motifs, y compris contingents, de l’apparition de tels ou tels mouvements sociaux, s’expliquent uniquement par la “volonté de direction” de la classe ouvrière dans le cœur du système capitaliste dans la grande usine mécanisée […]. Les objectifs revendicatifs et politiques spécifiques qui ont déclenché ces mouvements semblent être ainsi relégués au rang de simples accidents ou même de prétextes […] C’est ainsi que, dès l’époque de L’Ordine Nuovo, et en plein milieu d’un important conflit social, la recherche de Gramsci finit par s’enfermer dans une conception du conseil d’usine qui sépare la gestion de l’entreprise de l’autodirection du travail ; la lutte pour le contrôle de l’entreprise de la lutte pour changer les conditions de travail, et pour conquérir, ici et maintenant, de nouveaux espaces de liberté dans le processus de travail »[29].

Selon Trentin, Lénine comme Gramsci voyaient dans l’usine un modèle pour la société entière. En cela, leurs conceptions du parti politique comme guide de la classe ouvrière font écho aux théories du scientific management. Plutôt que de comprendre l’irrationalité et l’injustice du fonctionnement de l’usine comme la source des désordres sociaux généraux, c’est l’inadéquation de l’ordre politique et social à la rationalité indiscutée de l’organisation tayloriste du travail subordonné qui fut mise en cause. Mais à l’époque où Trentin écrit, l’effondrement du socialisme réel nous invite, selon l’auteur, à penser un modèle de socialisme au-delà de l’État et des prétentions hégémoniques de la sphère politique sur la société civile.

Contre cette tentation étatiste – et dans une certaine mesure opportuniste – selon laquelle l’accès au gouvernement est presque un objectif en soi, Trentin présente une généalogie alternative de la pensée de la gauche à propos du travail, de la démocratie et du socialisme : du « guild socialism » au « socialisme libéral », de Karl Korsch à Róża Luksemburg. Trentin revendique pour le syndicat un rôle de représentation indépendant du parti et l’intervention du syndicat dans la vie politique et sociale avec une structure renouvelée à travers une articulation territoriale et trans-sectorielle, dans et à travers « l’usine et la société » qui permettre d’accomplir une vraie citoyenneté industrielle[30]. L’interrogation à laquelle pourtant Trentin n’arrive pas à répondre est la place du Parti Communiste dans ce nouvel agencement des rapports politiques et sociétaux. Cette incompréhension sera la raison d’un rapport toujours tendu entre Trentin et les dirigeants du PCI, notamment ceux de la droite communiste. La fin du PCI et la crise des partis comme institutions de la représentations politique dans les années 1990 aurait pu constituer une opportunité pour le syndicat de réaliser cette hypothèse de démocratie industrielle. Cependant le mouvement historique qui entraina la crise du PCI était de portée assez plus large et il n’aurait pu qu’emporter avec lui le syndicat dans la crise généralisée des corps intermédiaires dans le nouveau cadre du post-fordisme.

Trentin secrétaire général de la CGIL

La réponse de Trentin à la crise de la gauche, d’abord dans La libertà viene prima et ensuite dans La cité du travail, devient donc celle de fondre la tradition marxiste avec celle libérale de son père et de sa jeunesse. En cela Trentin s’insérait dans un mouvement général de transformation des références théories et idéologiques de la gauche post-communiste et social-démocrate qui, à l’époque, semblait un mouvement nécessaire de renouvellement mais qui fut en réalité une défaite historique. La réflexion de Trentin sera par ailleurs un élément fondamental de la reconstruction du syndicalisme italien après la crise du fordisme. La formule du « Syndicat des droits » (« Sindacato dei diritti ») énoncée par la CGIL dans la dernière décennie est un héritage de la pensée de Trentin. Elle partage avec celle-ci une tentative appréciable d’élargir le champ d’inclusion de la représentation syndicale (aux travailleurs atypiques et autonomes, ainsi qu’aux instances sociétales plus larges comme l’écologie, l’égalité de genre etc.) mais elle évacue la thématique du conflit de classe et rend le syndicat vulnérable et désarmé vis-à-vis des nouveaux processus de centralisation capitaliste et d’intensification de l’exploitation.

Remarques critiques en guise de conclusion

Le livre de Trentin apparait comme construit sur un modèle argumentatif que nous pourrions définir « à la aurea mediocritas ». L’auteur construit toujours ses argumentations en deux moments : dans un premier moment il présente les deux termes d’une alternative qu’il oppose strictement ; dans l’espace entre ces deux pôles inconciliables, Trentin insère sa proposition, qui joue donc des qualités qui manquent aux deux pôles alternatifs. Un exemple de ce mouvement argumentatif est la lecture historique des années 1960-70 que donne Trentin : d’un côté l’opportunisme des révisionnistes, qui veulent sacrifier les luttes et la condition ouvrières pour accéder au pouvoir, de l’autre l’extrémisme velléitaire des plus radicaux, qui confondent le désordre avec l’autonomie de la classe ; au milieu, la  position honnête et raisonnable de Trentin, les conseils d’usines, la démocratie et les institutions représentatives dans l’usine : in medium stat virtus. Ce mouvement argumentatif génère des problèmes du point de vue logique. Il reflète en outre les contradictions historiques du parcours politique de Trentin. En premier lieu, Trentin tend à forcer les paradigmes alternatifs pour les insérer dans son schéma, ce qui le conduit parfois à une distorsion de la pensée des auteurs qu’il discute. De l’autre cela rend les jugements et propositions de Trentin très abstraits, qui ont du mal à trouver leur place au milieu des deux pôles alternatifs. De cette manière, les positions de Trentin s’avèrent souvent posthumes. Deuxièmement, cette limite reflète les apories, les difficultés et les silences du chemin de Trentin à travers la gloire et le déclin du mouvement ouvrier. Trentin joua un rôle majeur dans des moments cruciaux, mais il se maintint toujours dans une position ambiguë et ses choix furent rarement à la hauteur de ses réflexions théoriques. Toutefois son appel à la liberté politique et à la mise en cause du rapport entre gouvernants et gouvernés sur le lieu de production fut prophétique et reste aujourd’hui très actuel. Je pense pourtant qu’il serait plus juste de rappeler que sa pensée ne se situait pas nécessairement au milieu de deux extrêmes. L’intention de Trentin n’était pas celle de concilier deux oppositions, mais plutôt de chercher un « ailleurs » théorique et politique, en refusant des schématismes préconstruits. 

Ce que Trentin n’eut pas le temps de voir est non seulement la dégradation des conditions de travail et des salaires, et la crise du statut du travail dans les démocraties occidentales, mais aussi la crise même d’un équilibre entre démocratie et capitalisme et l’affaiblissement de cette dernière dans les lieux de travail comme dans la cité politique. Les réformes du marché du travail poursuivies notamment par les gouvernements de centre-gauche italiens dans les années 1990 et plus récemment, en 2014, avec l’institution du contrat de travail unique (le jobs act de Matteo Renzi) ont dérégulé la relation salariale à l’avantage des employeurs ; l’émergence de formes non-salariales d’activité, du travail bénévole aux mini-jobs, en passant par l’auto-entreprenariat, comportent une normalisation de la précarité et une subordination toujours plus grande du travail au capital, dissimulée derrière une illusoire autonomie. Cela s’accompagne d’un déclin parallèle de la participation politique et de la légitimité des institutions représentatives dans la sphère politique. Pour citer Jean Jaurès, si le citoyen-travailleur a été « roi dans la cité et serf dans l’entreprise », il est aussi, aujourd’hui, de moins en moins roi dans la cité.

Le parcours de Trentin dans le XXIe siècle nous laisse voir une figure particulièrement fascinante pour sa capacité d’incarner des pôles qui s’attirent et s’opposent : chez Trentin, nous avons l’intellectuel qui devient dirigeant syndical, le communiste aux sensibilités libertaire et personnaliste, le dirigeant syndical intransigeant envers toute tentative de réduire l’autonomie du syndicat, qu’elle vienne du Parti communiste ou de la Gauche extraparlementaire. Des démons opposés et inconciliables qui ont déchiré la Gauche du XXe siècle et qui s’incarnent rarement dans une même figure. Chez Trentin, ces démons ont eu la chance de trouver une paix éphémère. La Cité du travail, est un livre important dans lequel Trentin réussit à synthétiser une vaste culture historique, presque une summa du savoir théorique et historique du mouvement ouvrier du XXe siècle, mais aussi un ouvrage ancré dans le vécu politique personnel et collectif de Trentin, avec ses regrets amers, ses revendications orgueilleuses et ses élans utopiques.

 

[1] À la fin de la deuxième guerre mondiale, Silvio et ses trois enfants, Giorgio, Franca et Bruno rentrèrent en Vénétie pour prendre part à la formation des brigades partisanes. Silvio fut bientôt arrêté et quand il fut libéré, en 1944, il était gravement malade.

[2] Le double lien que Silvio Trentin entretenait avec les cultures italienne et française a été reconstitué à l’occasion de deux colloques (« Silvio Trentin e la Francia » Colloque international tenu à Paris les 8 et 9 février 1985 ; « Silvio Trentin, L’antifascismo italiano tra le due guerre : alla ricercare di une nuove unità », Séminaire d’études italo-français tenu à Jesolo, les 2 et 3 avril 2004).

[3]Les GAP étaient des petites unités de résistants actifs dans les villes du centre-nord de l’Italie sous occupation allemande, distincts des Brigades qui opéraient en dehors des espaces urbains et qui rassemblaient l’écrasante majorité des effectifs. Ils s’inspiraient en partie de l’expérience française des Francs-tireurs et partisans-MOI (Main d’œuvre immigrée), notamment de la bande internationale « de l’Affiche rouge » de Missak Manouchian (1906-1944) à Paris et d’autres groupes FTP du sud de la France qui comprenaient aussi des Italiens membres du Parti communiste. Les GAP pratiquaient des formes de terrorisme urbain, notamment du sabotage et surtout des exécutions de dirigeants politiques et militaires et militaires fascistes et allemands. Il vaut peut-être la peine ici de constater une incongruité historiographique dans la biographie officielle de Trentin à propos de son engagement dans d’hypothétiques GAP du Pd’A. En effet, si la participation du jeune Trentin à la résistance est un fait historique et biographique avéré et crucial pour sa formation – notamment sa lutte au sein des Brigades partisanes dans les campagnes de la Vénétie, ainsi que son activité non seulement de combattant mais aussi de dirigeant politique – il n’en va pas de même pour ce qui concerne l’existence des GAP « actionnistes ». Comme l’a remarqué récemment l’historien Santo Peli, les GAP naquirent à l’initiative du Parti communiste au lendemain de l’armistice de 1943 et restèrent presque exclusivement sous sa direction, alors que les autres partis membres du Comité de libération nationale ne voulurent jamais s’engager dans une stratégie de terrorisme urbain (qui fut pourtant cruciale pour le succès de la résistance dans son ensemble). Voir Santo Peli, Storie di Gap. Terrorismo urbano e resistenza, Torino, Einaudi, 2017 (1ère ed. 2014), notamment les pages 32-36. Dans ces pages, Peli met en question l’existence effective des GAP du Pd’A, pourtant revendiqués par le dirigeant actionniste Leo Valiani (1909-1999).

[4] Pour une brève introduction récente et en langue française au rôle du socialisme libéral dans l’antifascisme italien, voir Stéfanie Prezioso, « Antifascisme, démocratie, révolution : l’antifascisme italien durant l’entre-deux-guerres, une lutte pour l’éternité ? », Mouvements, 2020/4 (n° 104), pp. 36-48.

[5] Bobbio resta à Padoue jusqu’en 1948, avant de passer à Turin. Bobbio avait été, intellectuellement et politiquement, proche de Silvio Trentin, suite à leur commune, bien que brève, expérience politique dans le mouvement libéral-socialiste et dans le Parti d’Action (fondé en 1942).

[6] Cette expérience étasunienne fera de Trentin un des rares représentants communistes italiens à avoir visité et connu les États-Unis jusqu’à, au moins, la période des années 1970, quand Giorgio Napolitano devint l’émissaire du PCI

[7] Le choix de l’adhésion de Trentin au PCI n’est pas un détail anodin dans l’histoire de la diaspora « actionniste ». Trentin fut le seul dirigeant important du Pd’A qui choisit de passer tout de suite au Parti communiste, à la différence par exemple de Vittorio Foa (qui passa au Parti socialiste et n’arriva au PCI qu’en 1987, tout en déclarant n’avoir jamais été communiste). Il est difficile de démêler l’ensemble des raisons qui poussèrent un jeune de bonne famille, élève dans un milieu libéral et progressiste, à adhérer à la cause du communisme national et international. En tout cas cette adhésion est un signe de la fascination que le mouvement communiste, sorti victorieux de la lutte de libération contre le nazi-fascisme, exerçait non seulement sur les masses ouvrières et paysannes mais aussi sur l’élite intellectuelle de l’antifascisme. Et c’étaient justement cette promesse et cette capacité de lier le destin des masses et celui des intellectuels qui donnaient au PCI une influence et une force inégalées dans l’histoire de la Gauche italienne et européenne.

[8] Le syndicat ne fut pas le seul à lancer des enquêtes de terrain sur l’évolution du travail dans l’industrie. Cette nécéssité était ressentie aussi dans certains milieux de la gauche intellectuelle. Notamment en 1957 la revue Nuovi Argomenti, dirigée par Alberto Moravia et Giovanni Carocci, lança une recherche sur la FIAT, coordonnée par Carocci lui-même en collaboration avec de jeunes sociologues militants dont Giovanni Mottura et Aris Accornero : Alberto Carocci, « Inchiesta alla Fiat. Indagine su taluni aspetti della lotta di classe nel complesso Fiat », Nuovi Argomenti, N. 31-32, Mars-Juin 1958. A la différence de la France, les travaux universitaires arriveront plus tard, à cause aussi de la faiblesse de la discipline sociologique dans le champ des savoirs académiques.  

[9] Des témoignages et réflexions importante de cette période « dure » pour le mouvement ouvrier turinois et italien sont contenus dans : Aris Accornero, Gli anni ’50 in fabbrica, Bari, De Donato, 1973. Emilio Pugno et Sergio Garavini, Gli anni duri alla Fiat. La resistenza sindacale e la ripresa, Torino, Einaudi, 1974.

[10] L’ « Automne chaud » est le nom donné à la vague de grèves qui touchent l’Italie industrielle en 1969 et représentent la phase la plus intense de l’insubordination ouvrière des années 68 dans ce pays.

[11] Bruno Trentin, Da sfruttati a produttori: lotte operaie e sviluppo capitalistico dal miracolo economico alla crisi, De Donato, Bari, 1977. Sa traduction française paraît aux Éditions ouvrières en 1984 sous le titre D’exploités à producteurs, avec une préface de Jean-Louis Moynot. Pour une analyse de cet ouvrage, je renvoie à Simone Fana, « Da sfruttati a produttori : sindacato e politica in Bruno Trentin », Quattrocentoquattro [Tra due mondi], en ligne depuis 16 décémbre 2016, consulté le 28 janvier 2021, URL : https://quattrocentoquattro.wordpress.com/2016/12/16/traduemondi-da-sfruttati-a-produttori-la-vicenda-intellettuale-di-bruno-trentin/.

[12] Bruno Trentin, Il sindacato dei consigli, Roma, Editori Riuniti, 1980.

[13] Trentin fut députe européen pour le PDS/DS-Parti Socialiste Européen  de 1999 à 2004.

[14] Ces éléments biographiques ont été recueillis et organisés à partir de la fiche biographique de Trentin dans le dictionnaire encyclopédique « Treccani » (https://www.treccani.it/enciclopedia/bruno-trentin_%28Dizionario-Biografico%29/), du site en ligne du « Centro Trentin » qui a été formé grâce, entre autres, au dirigeant communiste et journaliste Iginio Ariemma (1941-2019) , et de l’article d’Alessandro Casellato (« Bruno Trentin ») paru dans Belfagor en 2009 (vol. 64, No. 3, pp. 291-314), riche en détails et profond dans l’analyse.

[15] Lotta Continua, « Da sfruttati a sfruttati », 15 avril 1977. L’opéraïsme est un courant marxiste critique qui a ses racines dans l’expérience de la revue Quaderni Rossi fondée en 1961 par le socialiste dissident Raniero Panzieri et d’autres jeunes militants et intellectuels de gauche issus d’expériences politiques hétérogènes. Le terme s’est formé à partir du mot italien operaio (ouvrier). Après la rupture avec Panzieri, les principaux théoriciens de ce courant seront par la suite Mario Tronti, Alberto Asor Rosa, Romano Alquati, Sergio Bologna et Toni Negri, qui fondent ensemble en 1964 la revue Classe Operaia (« Classe ouvrière »). Plusieurs organisations de la gauche extraparlementaire se réclameront de l’opéraïsme dans les années 1970, comme Potere Operaio, Lotta Continua, Avanguardia Operaia et Autonomia Operaia, mais aussi des revues successives comme La Classe (1969) et Primo Maggio (1973-1988). Faisant le constat d’une rupture entre les ouvriers et les syndicats, les opéraïstes prônent dans un premier temps un approfondissement de l’autonomie des luttes ouvrières. Ils suivront par la suite des trajectoires différentes. Nous revenons plus loin sur ce courant. Pour une introduction : « Opéraïsmes », par Julien Allavena et Davide Gallo Lasserre, sur le site web de la revue Période.

[16] C’est justement cette constitution trans-syndicale qui caractérisait les Conseils d’usine (ou « Conseils d’atelier ») apparus dans les luttes ouvrières des années 1960 : les délégués qui composaient les conseils étaient des salariés élus par leurs pairs au sein du même atelier ou service, en dehors de toute liste électorale syndicale (cf. infra).

[17] Mais aussi vis-à-vis des positions radicales des courants opéraïstes, et des théories de l’insubordination et du « refus du travail » qui, dans les années 1970, représentent un adversaire et une cible polémique des théorisations de Trentin, comme on le verra plus loin.

[18] L’historien Yves Cohen a par la suite amplement détaillé ce constat : Y. Cohen, Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Éditions Amsterdam, Paris, 2013. Cf. notamment les pages 57-65.

[19] Né à Gênes en 1893, Palmiro Togliatti a été le secrétaire du Parti communiste italien à partir de 1926 et, à part une parenthèse entre 1934 et 1938, jusqu’à sa mort à Yalte en 1964. La direction togliattienne du Parti communiste en Italie se caractérisa, spécialement à partir des années cruciales 1943-44, par un progressif alignement du Parti, de sa tactique et de sa stratégie, sur une orientation de développement démocratique et social de son propre pays. Cela impliquait le passage des origines ouvriéristes et classistes (celles du Parti Comuniste d’Italie) à une identité plus floue (« national-populaire ») et la construction d’un parti nouveau (le Parti Communiste Italien) fondé sur une alliance entre classe ouvrière et classes moyennes (« ceti medi »). Cet alignement « national » comportait nécessairement un éloignement de la tradition internationaliste et de Moscou, mais Togliatti et ses successeurs essayèrent toujours d’éviter la rupture avec l’URSS. La formule de la « via italiana al socialismo » (introduite par Togliatti et discutée au VIIIe Congrès du PCI) visait à fournir une stratégie de long terme d’insertion du PCI dans la vie politique nationale, d’en légitimer et protéger l’existence, tout en restant respectueux des nouveaux équilibres internationaux. Au sujet des alliances entre parti, classe ouvrière et classes moyennes, voir le célèbre discours tenu par Togliatti à Reggio Emilia le 24 septembre 1946 : « Il Partito comunista e i ceti medi » (dans : Palmiro Togliatti, Politica Nazionale e Emilia Rossa, Roma, Editori Riuniti, 1974). Pour consulter une série de textes clés de Togliatti sur le rôle du PCI dans l’histoire de la démocratie italienne et dans l’échiquier international, voir Alexander Höbel, Il 1956 e la via italiana al socialismo, Roma, Editori Riuniti, 2006.

[20] Cette position tire parti de celle anticipée par Lénine dans ses célèbres thèses sur « Les tâches immédiates du pouvoir des Soviets » (1918) et sera plus tard analysé par Robert Linhart (Lénine, les Paysans, Taylor, Paris, Seuil, 1976).

[21] À ce propos les paroles de Massimo D’Alema, premier (et dernier) Président du conseil (1998-2000) italien issu du PCI, sont très évocatrices : « Dans ces années de travail la tâche de redresser le bilan de l’État, de moderniser le pays, de réduire l’interférence publique, de favoriser l’entrée de l’Italie dans la Monnaie unique a été assignée à la gauche », M. D’Alema, « Prefazione », en Marcello Messori, Pier Carlo Padoan, Nicola Rossi, Proposte per l’economia italiana, Laterza, Roma-Bari, 1998.

[22] Bruno Trentin, « Le dottrine neocapitalistiche e l’ideologia delle forze dominanti nella politica economica », in Tendenze del capitalismo italiano, Atti del convegno, Roma 23-25 mars 1962, Editori Riuniti, Roma, 1962 ; Bruno Trentin, « Produttività, human relations e politica salariale », Critica economica, n. 4 agosto 1956 ; Vittorio Foa, « Il neocapitalismo è una realtà », Mondo Operaio, mai 1957 ; Lucio Magri, « Le modèle de développement capitaliste et le problème de l’alternative prolétarienne », Les Temps modernes, N. 196-197, septembre-octobre 1962. Voir aussi Valerio Strinati, « La sinistra italiana di fronte alle trasformazioni del capitalismo (1953-1963) », Studi Storici, Apr.-Sep. 1992, Anno 33, No. 2/3, pp. 555-582 ; Bruno Settis, « La grande fabbrica fordista. Culture politiche e scienze sociali alla prova del neocapitalismo », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 22 | 2016, En ligne depuis le 1 Janvier 2017, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/cei/2965.

[23] Philippe Schmitter, « Still the Century of Corporatism ? », in Philippe Schmitter and Gerhart Lehmbruch (eds.), Trends towards Corporatist Intermediation, London, Sage, 1979. Gian Enrico Rusconi, Scambio, minaccia, decisione, Bologna, Il Mulino, 1984 ; Lucio Baccaro, The Organizational Consequences of Democracy : Labor Unions and Economic Reforms in Contemporary Italy, Thesis Submitted to the Sloan School of Management and the Department of Political Science, Boston, MIT, 1999.

[24] Le texte est gardé au Centre « Piero Gobetti » de Turin.

[25] Antonio Gramsci, Quaderni dal carcere, vol. IV, Quaderno 22, « Americanismo e fordismo ».

[26] Bruno Trentin, La libertà viene prima. La libertà come posta in gioco nel conflitto sociale, Editori Rinuniti, Roma, 2004. Publié en français sous le titre Le Travail et la liberté (Paris, Éditions sociales, 2016).

[27] « Le syndicalisme italien dans la crise : vers une stratégie alternative », CFDT-Aujourd’hui, n° 27, septembre-octobre 1977, p. 59-60. Sur ce texte cf. infra la note 40.

[28] La Cité du travail, op cit. p. 259.

[29] Ibidem, pp. 260-264.

[30] Cette idée est présente de manière transversale tout au long du livre. Elle est par ailleurs déjà bien définie dans les années 1970. Un exemple intéressant, révélateur des échanges transnationaux entre organisations et intellectuels du mouvement ouvrier en Europe, se trouve dans une communication de Trentin aux militants de la CFDT en 1977 lors d’une session du secteur politique de la confédération à l’Institut des sciences sociales du travail de Sceaux, sur le thème « État et société civile ». Son texte, repris dans CFDT-Aujourd’hui, inspire quelques temps après la publication d’un dossier sur la crise du capitalisme et les stratégies syndicales en Europe, présenté par Pierre Rosanvallon : Bruno Trentin « Le syndicalisme italien dans la crise : vers une stratégie alternative », n° 26, juillet-août 1977, p. 44-63 ; dossier « Crise du capitalisme et stratégies syndicales en Europe », CFDT-Aujourd’hui, n° 27, septembre-octobre 1977, p. 59-77. Sur ces échanges, cf. Claude Roccati, « L’élaboration transnationale de la “nouvelle gauche” des années 1970 : l’apport des échanges syndicaux franco-italiens », Histoire@Politique [en ligne], n°42 (septembre-décembre 2020), consulté le 29 janvier 2020, URL : https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=42&rub=dossier&item=387#_ftn52.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Karel Yon (28 février 2021). Une trajectoire singulière dans le siècle des masses. La citoyenneté industrielle. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mugw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.